Chronique de l’exécution du Docteur Yves Vairac

LETTRE DU DR YVES VAIRAC À LA DIRECTRICE DE L’ARS GUADELOUPE
Pointe-Noire, le 2 octobre 2021
Yves Vairac
Médecine Générale
97116 Pointe-Noire. Guadeloupe

À

Madame la directrice de l’Agence Régionale de Santé de Guadeloupe

Madame,
J’accuse réception de votre lettre du 22/09/21 relative à l’obligation vaccinale.
À ce jour, Je n’ai pas reçu de vaccination anti-Covid 19 pour l’unique raison que ces vaccins bénéficient d’une autorisation conditionnelle. Je me ferai vacciner sitôt que ces vaccins auront une AMM définitive.
Depuis 43 ans, j’ai constamment conseillé, prescrit, réalisé, des vaccinations au cabinet ou au dispensaire.
Depuis 43 ans, je contrôle les carnets de vaccination de mes patients. Moi-même suis à jour de mes vaccinations.
C’est-à-dire que nulle administration ne me convaincra de l’intérêt des vaccins car c’est une chose acquise pour moi, du moins telle était ma conviction jusqu’à ce brouhaha autour des vaccins anti-Covid, où la confusion se dispute à des intérêts financiers apparents. Faire miennes les nouvelles connaissances scientifiques, supposent un consensus, autrement, la question reste ouverte jusqu’à ce que la science y apporte une réponse. C’est cette rationalité qui m’a toujours guidé dans ma pratique.

À ce jour, il n’y a pas de consensus scientifique sur les effets secondaires à moyen et long terme des vaccins que préconisent les autorités sanitaires. La preuve en est que ces vaccins bénéficient d’une autorisation conditionnelle pour qu’ils soient sur le marché. Après avoir renseigné mes patients à leur demande sur les avantages annoncés qu’ils peuvent attendre de ces vaccins, je leur dit qu’ils ont la totale liberté de se faire ou pas vacciner. Je ne suis pas en mesure de les convaincre à se faire vacciner, ne sachant pas les effets à moyen et long terme.
Plus de 3 milliards d’individus auraient été dit-on vaccinés à ce jour, pourtant l’autorisation conditionnelle demeure, ce qui signifie que toute incertitude au sujet de ces vaccins n’est pas encore levée.
Puisque ces vaccins n’ont pas encore d’AMM définitive, c’est logiquement que je considère que l’on se trouve dans une phase expérimentale. Comment pourrait-il en être autrement, puisque la technique utilisée pour fabriquer ces vaccins est nouvelle. Participer à une expérimentation exige de celui qui y participe, qu’il donne son entier consentement.
Vous exigez de moi en qualité de soignant, que je sois vacciné, donc que je participe à la dite expérimentation, non sur la base de mon consentement, mais sous votre injonction.

À défaut, vous m’indiquer que je ne serai plus en mesure de poursuivre la profession que j’exerce depuis 43 ans.
Sitôt que les vaccins obtiendront leur AMM définitive, j’accepterai de me faire vacciner.
Ce n’est pas le cas actuellement. Dans ces conditions, je suis à regret pour mes patients de ne plus les recevoir en consultation ou les voir à domicile.
J’aurais pu être plus bref en limitant mes propos à la phrase ci-dessus, sachant que nulle argumentation ne saurait vous faire entendre raison, puisque vous entendez faire appliquer la loi.

Dans le domaine qui nous intéresse ici ; la science et la politique, je choisis la science.
Veuillez agréer madame, mes sincères salutations.
Docteur Yves Vairac

(6 commentaires)

  1. Ce que ce brave docteur ne sait pas c’est que le maintien en phase expérimentale permet aux pays clients de rompre le contrat d’achat des vaccins en cas de simple suspicion d’un danger. C’est ce qui est arrivé à Astrazeneca et plus récemment avec Moderna. Cest donc une protection juridique. De plus c’est une pratique courante pour beaucoup de médicaments..

    1. Vous qui avez l’air de tout savoir, pourquoi les gouvernants n’arrêtent pas cette vaccination quand d’éminents scientifiques tirent la sonnette d’alarme sur la dangereusité de ces soit-disants vaccins ?
      Pourquoi l’imposent-ils à tout prix ?
      Croyez-vous vraiment que c’est ce qui nous débarrassera de ce virus ?
      Cherchez dans le monde, d’autres pays qui ont géré cette pandémie avec d’autres méthodes et qui ont moins de morts qu’en France

      1. Il y a toujours des gens pour tirer la sonnette d’alarme.. parfois pour rien ou presque. Donc quelques éminents scientifiques contre des milliers de chercheurs dans le monde entier dans des pays aussi différents que les USA, la Chine, Cuba ou l’Europe chercheurs qui ont collaboré tous ensemble. Les pays ont mis l’argent sur la table les chercheurs ont travaillé et le résultat, bien qu’imparfait et incomplet est pas mal. La motivation des pays est certainement peu humanitaire, il s’agit de sauver les économies avant tout. Celle de la Martinique ne va pas fort non? Ki sa nou ka atann?;

  2. Pauvre médecin: il a oublié de suivre ses sessions de formation continue et ne comprend pas ce que veut dire l’AMM
    3 milliards de vaccinés, 80 % des urgences Covid sont des non vaccinés
    Que lui faut il se plus ?
    Je suis du côté de la science et de la loi des faits et non de l’obscurantisme dogmatique politique d’une minorité d’anti vax en France (majoritaire aux Antilles/Guyane avéc pour résultats une augmentation exponentielle du chiffre d’affaire des pompes funèbres générales en Août)
    Primum non nocere donc bonne retraite Toubib !

    1. Qu’est ce que vous venez faire sur ce blog ? Vouloir mépriser montre bien que vous êtes creux. Passez votre chemin !

  3. À propos de la notion d’immunité, la Science n’a pas changé, seule la politique l’a fait…

    Les lâches, les pleutres et les pervers, les despotes de plateau applaudissent la mise en place de l’apartheid. Ils déshonorent la France. Les technocrates de la santé ont insisté à plusieurs reprises sur le fait que « la science » indique sans ambiguïté que tout le monde doit être vacciné, au point même de pousser à la vaccination des enfants. La vaccination n’est pas un débat philosophique, politique ou sportif. Elle doit rester un enjeu sanitaire et une décision médicale.

    Certains médecins ne sont pas aussi obsédés par l’obligation vaccinale, et les preuves en faveur de l’immunité naturelle deviennent si indéniables que même les publications grand public commencent à l’admettre…

    Il y a eu une tendance croissante à attaquer, diffamer et censurer tout médecin qui ne se conforme pas à la perspective de la médecine de l’établishment sur COVID-19. De nombreux médecins, virologues, vaccinologues, épidémiologistes et autres hautement qualifiés ont été calomniés de cette manière.

    Pourtant, la Science n’a pas changé, seule la politique l’a fait !!

    De plus en plus de médecins, nous mettent en garde contre la vaccination des enfants, car le risque d’être blessé par des effets secondaires est bien plus grand qu’avec une infection normale. Il est temps de préciser une fois pour toutes que l’immunité naturelle contre le SARS-CoV-2 est plus large, plus permanente et plus durable que n’importe quel vaccin sur le marché aujourd’hui…

    D’ailleurs toute une série d’études ont prouvé l’inutilité et, dans certains cas, la nocivité de cette stratégie vaccinale avec des produits expérimentaux. L’immunité induite par l’infection est beaucoup plus profonde et plus large. Une infection naturelle induit des centaines et des centaines d’anticorps contre toutes les protéines du virus, y compris l’enveloppe, la membrane, la nucléocapside et le pic, tandis que dans l’immunité induite par le vaccin, les études nous montrent une réponse d’anticorps uniquement
    contre le pic et ses protéines constitutives.

    De plus, il est tout simplement criminel pour les gouvernements mondiaux de suggérer que ceux qui ont une immunité naturelle plus profonde et plus large devraient risquer les effets secondaires d’un vaccin dont l’efficacité devrait maintenant diminuer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *