France ! Des fossoyeurs creusent la tombe de ta liberté.

France ! France ! Où es-tu ? Tes enfants te cherchent ! Que deviens-tu ?

Ta liberté s’esquive, ton égalité se fractionne. on t’affaiblit, on te tue !

France ! Des fossoyeurs creusent la tombe de ta liberté.

Ta fraternité s’enfle de désirs égoïstes. Ton égalité s’empêtre dans des courses à la différence.

Jaurès n’en croirait pas ses yeux ; Tu perds ta virginité. . .

Les pères de la république se retournent dans leur tombe.

France ! Ta belle Marianne a le mal de vivre, elle souffre de voir son égalité se livrer à la mascarade d’un clan d’hétérodoxes qui dictent des lois subordonnant ton peuple à une minorité d’hommes repus de richesses arrachées aux humbles pour engraisser un système mercantile dévoué aux népotistes.

France ! Toi qui la première éleva le droit des fondements de la dignité .

Ta république deviendrait-elle intolérante ?

Ta Marianne perdrait –elle sa robe, ses seins, son mythe ?

S’encanaillerait-t-elle avec des prévaricateurs de tous bords ?

Tu fraternises avec les insolents nantis qui paupérisent ton peuple.

Tu flirtes avec des hommes aux désirs d’harmonie douteux qui veulent s’exonérer de la honte de leur autoritaire pusillanimité, ne cédant point aux cris de douleurs de tes enfants au ventre creux : Ceux dont les consciences affaiblies de chimériques espoirs de rêves retrouvés, tout comme sœur Anne, ne voient pointer qu’un horizon sans cesse fuyant.

France ! On veut ta mort ! on t’étrangle On te tue !

Ta Marianne s’acoquinerait-elle avec l’inégalité ?

France ! Ouvre les yeux, regardes ! Tu lorgnes la déchéance.

Tu chantes faux ! Ta fraternité n’est plus que rêve et songe.

Tu meurs, grisée par le pouvoir d’hommes zélateurs des dieux mercantiles que tu as jadis exécré et combattu, Tu meurs.

Tu meurs étranglée, étouffée, asphyxiée par la puissance d’un système dévolu à la déliquescence qui conduit tes enfants désespérés sur le bord des routes des villes paupérisées à chercher un fugace avenir dans les affres humiliantes du simple besoin de survie quotidien.

France ! Ta Marianne se fait la malle ;

Se ferait –elle l’apôtre des libertés perdues, Choisirait-elle le camp des bonimenteurs profiteurs dévolus aux exactions et à l’inégalité confraternelle ?

Aux armes citoyens ! Si trop haine il y a, formez vos rangs Pour ne plus être complice de ce cirque que nous imposent Quelques démagogues libertaires coupables De non-assistance à un peuple en danger.

France ! Ouvre les yeux, Debout réveilles toi !

MAGLOIRE Christian, 07 octobre 2021

(Illustration photo : livre les fossoyeurs de la république)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *